Dissocier les mises à jour évolutives et les mises à jour correctives

Version bêta. Dernière mise à jour le

Services numériques Aller plus loin Difficile à mettre en œuvre

Dans l’article 27 de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire, une étude est en cours pour imposer aux éditeurs de logiciels une dissociation entre les mises à jour évolutives et les mises à jour correctives (sécurité ou correction de bugs).

Cette disposition permettrait de réduire la contribution à l’obsolescence du terminal de l’utilisateur, car les mises à jour évolutives ont tendance à ralentir l’équipement utilisateur.

Il est tout à fait possible d’appliquer cette bonne pratique dans le processus de développement et dans la gestion des versions : un effort supplémentaire non négligeable est à prévoir afin de gérer cette séparation des mises à jour. Il s’agit par exemple de proposer un support plus long pour une version de l’application qui sera figée au niveau fonctionnel (pas de nouvelles fonctionnalités) : une version LTS (Long-Term Support, soit en français Support à long terme).

De plus, il faut veiller à indiquer dans la description des mises à jour d’une application (changelog ou journal des modifications) lorsqu’il s’agit de mise à jour de sécurité ou de maintenance ou s’il s’agit d’une mise à jour évolutive.

Pilotage

Exemples de pilotes

Responsable produit Responsable projet

Exemples d'indicateurs de pilotage

  • Durée de maintenance d'une version LTS (Long-Term Support) de l'application > x années (à déterminer selon le contexte)
  • % d'applications dont les mises à jour de sécurité et de confort sont dissociées