Épisode #3 : Écoconception de services numériques

Dernière mise à jour le

Transcription

Richard Hanna, directeur de projets pour la MiNumEco, DINUM.

Consommer moins d’équipements numériques et allonger leur durée d’utilisation permet de réduire les impacts environnementaux directs et interne à l'organisation.

Mais il y a aussi des impacts externes à l'organisation, c’est-à-dire ceux liés aux usages de ses services numériques.

C'est aussi un volet important. C’est là que l’écoconception entre en jeu.

L’écoconception de service numérique c'est la prise en compte des impacts environnementaux dans la conception d'un service numérique à toutes les étapes du cycle de vie du service.

Elle a un double enjeu :

  • réduire la consommation de ressources numériques,
  • réduire l’obsolescence des terminaux utilisateurs.

La démarche d’écoconception de service numérique est à mettre en œuvre dans un cercle vertueux au même titre que le RGAA pour l’accessibilité, le RGS pour la sécurité ou le RGPD pour le respect des données personnelles. Cette démarche doit impliquer toutes les parties prenantes, tous les métiers concernés par la conception du service numérique : responsable produit, UX designer, graphiste, développeur, hébergeur, utilisateur, responsable communication, rédacteur de contenu, etc.

Pour mettre en œuvre cette démarche d'écoconception, on peut s'appuyer sur le RGESN, le référentiel général d’écoconception des services numériques produit par la MiNumEco.

Le résultat escompté ce sont des services numériques respectueux de l’humain et de l’environnement, en intégrant la sécurité, la protection des données personnelles, l’open source, l’accessibilité numérique et l’inclusion grâce à une réflexion globale sur l’usage des technologies.

En savoir plus : Référentiel général d’écoconception des services numériques (RGESN)