Publication d’un rapport de France Stratégie « Le monde de l’Internet des objets : des dynamiques à maîtriser »

Dernière mise à jour le

Confié à France Stratégie, ce rapport a été réalisé en réponse à la lettre de mission adressée par la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili et le secrétaire d’Etat au numérique, Cédric O, dans le cadre de la feuille de route Numérique et environnement du gouvernement. Il présente l’intérêt de la mise en œuvre de l’Internet des objets et éclaire sur ses risques sociaux, environnementaux, éthiques et juridiques.

L’Internet des Objets : une définition

L’Internet des Objets désigne la mise en réseau, au moyen d’Internet, d’objets physiques. Cela peut concerner tous les secteurs de l’activité humaine : une ampoule électrique, un panneau de signalisation, un pacemaker, une poupée, un thermostat, un détecteur de CO2, une caméra, un vélo, etc. C’est un des éléments clés de la transformation numérique.

L’Ademe et l’Arcep estiment le nombre d’objets connectés à 1,8 milliards en Europe dont 244 millions pour la France. Ces chiffres sont en très forte croissance depuis quelques années, et continueront de l’être d’après les projections de l’Agence internationale de l’énergie (AIE).

Dans les secteurs industriels, de santé, de sécurité et d’agriculture, les applications de l’IdO sont prometteuses. Elles pourraient même agir en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique en améliorant la gestion et l’accès aux ressources essentielles (énergies, eau, air).

Cependant, son déploiement massif génère de nombreuses interrogations. Quels sont les impacts de l’Internet des Objets sur l’environnement et sur la vie quotidienne des citoyens ? Auront-ils un effet bénéfique sur le climat ?

Ce rapport tente d’apporter des clés de compréhension de l’IdO et d’appréhender tous les enjeux pour l’action publique. Il s’articule autour de trois objectifs : comprendre, analyser et agir pour accompagner le développement de l’IdO dans le respect d’un certain nombre d’exigences sociales et environnementales.

Des pistes d’actions organisées autour de cinq axes

  • Donner les moyens de développer une vision stratégique de l’IdO : observer, mesurer, comprendre, protéger ;
  • Développer la recherche et intensifier la présence française dans les instances de gouvernance de l’Internet ;
  • Permettre le développement d’un IdO éthique et respectueux des utilisateurs ;
  • Soutenir le développement d’un IdO sobre et responsable ;
  • Concevoir un IdO de confiance pour les entreprises, les citoyens et les acteurs publics.

Télécharger