Certificats d’économies d’énergie (CEE) : un programme de sobriété numérique sélectionné

Dernière mise à jour le

Le dispositif de Certificats d’économie d’énergie constitue l’un des principaux instruments de la politique de maîtrise de la demande d’énergie. Le 17 février 2022, cinq nouveaux programmes ont été retenus à la suite de l’appel à programmes lancé en octobre 2021 par le Ministère de la Transition écologique. L’un d’entre eux, le programme So.Num, concerne la sobriété électrique du numérique.

Le dispositif CEE

Le dispositif de Certificats d’économie d’énergie (CEE) déclenche près de 2 millions d’opérations d’économies d’énergie par an. Les projets sont sélectionnés en fonction de leur degré de maturité, de leur périmètre et de leur efficience par les services du ministère chargé de l’énergie. Ces actions peuvent être menées dans tous les secteurs d’activités, sur le patrimoine des éligibles ou auprès de tiers.

À l’aube de la cinquième période d’obligation du dispositif des CEE, qui vient de débuter, une trentaine de programmes sont prévus de 2022 à 2025.

So.Num, lauréat sur le sujet du numérique

Le numérique représente 10,3 % de la consommation d’électricité française et 2,5 % de ses émissions de gaz à effet de serre. Sur la thématique de la sobriété électrique du numérique, le lauréat est le programme So.Num (Sobriété Numérique). Porté par l’Agence de la transition écologique (ADEME) et mené avec le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et l’Institut national de recherche en sciences et technologiques du numérique (Inria), il est doté de 15 M€. Son objectif est de réduire les consommations d’énergie liées à l’usage du numérique.

Ce programme qui concerne autant les citoyens que les organisations, vise à massifier la prise en compte des enjeux de la sobriété numérique et à fournir des outils et données pour limiter l’impact environnemental de leurs usages.

Il s’articule autour de trois axes de déploiement :

  • Le premier vise à accélérer la sensibilisation et la formation à la sobriété numérique au travers notamment de la création d’une plateforme agrégeant un contenu de formation labellisé, de communications sur la sobriété numérique et d’un soutien aux actions collectives de formation.
  • Le second axe cible l’accélération de la construction du cadre méthodologique destiné à mesurer et piloter la sobriété numérique, en identifiant et partageant les données et outils nécessaires à la mesure de l’impact environnemental de services numériques.
  • Le troisième et dernier axe prévoit quant à lui de soutenir les actions de mise en œuvre de la sobriété numérique en développant et expérimentant l’adoption d’un code de bonne conduite pour intégrer la sobriété numérique dans les stratégies des collectivités et des organisations ainsi que l'animation de forums citoyens pour repenser nos besoins de numérique.

Le programme So.Num va ainsi permettre de former 300 enseignants du supérieur, 2 000 ambassadeurs en entreprises et 650 ambassadeurs en collectivités. L’objectif étant que ces derniers sensibilisent 400 000 élèves du supérieur, 10 000 personnes en entreprise et 1 000 collectivités.

Voir le communiqué de presse de l’ADEME sur le lancement du programme So.Num